Appuyer les politiques publiques

Dans le cadre de sa mission en matière d’ouverture à la société, l’université apporte son éclairage et son expertise en appui aux politiques publiques. L’université offre aux citoyens, aux associations et aux décideurs publics une analyse de l’action publique permettant de mieux appréhender les défis auxquels ils sont confrontés.

L’intervention de l’université revêt de multiples formes : projets de recherche, rédaction de normes et de guides méthodologiques, expertises… La multiplicité des disciplines traitées au niveau de l’université permet d’aborder des thématiques variées comme l’illustrent les projets ci-après.

Les compétences de recherche, développement et formation accourent au chevet du pont de l’Ile de Ré

La rupture de l’un des câbles de précontrainte du Pont de l’Ile de Ré en août 2018 a conduit les Départements Matériaux et Structures (MAST) et Géotechnique, environnement, risques naturels et sciences de la terre (GERS), notamment à travers leurs laboratoires respectifs SMC et GEOEND, en partenariat avec le Cerema (Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement), à intervenir pour le Département de la Charente-Maritime. Un diagnostic de l’ouvrage d’art a été conduit pendant que le Département prenait des mesures de restriction de la circulation et que des travaux de mise en sécurité étaient entrepris. Parmi l’aide apportée, les compétences de GEOEND en matière d'évaluation non-destructive des câbles ont été mobilisées dans l’appui scientifique et technologique à l’entreprise Sixense Systems (groupe Solétanche-Freyssinet), avec la mise en œuvre de la technologie USCAN® - issue des travaux de recherche de GEOEND - sur la réflectométrie des ondes guidées ultrasonores. GEOEND a assuré la formation des équipes de Sixense pour la réalisation des mesures sur le site, ainsi que le suivi de l’instrumentation, le traitement et l’interprétation de l’ensemble des données.

Cette campagne de mesure intensive (plus de 2 mois d’interventions en 2x8) portait sur l'évaluation de la « santé structurale » des câbles de précontrainte extérieure dans les zones d'ancrage (plus de 1 600 torons de 7 fils ont été auscultés) à l’aide de la technologie. Elle a permis de sécuriser le chantier de réparation en identifiant précisément les torons présentant des désordres. Suite aux évaluations USCAN ®, 2 câbles de précontrainte de 200 m ont été déposés (par un procédé de détente brutale par découpe) et remplacés par l'entreprise Freyssinet.

Le retour d’expérience a été intégré dans le développement d’un nouveau matériel de terrain, « USCAN Précontrainte ». L’université apporte ainsi une contribution scientifique, méthodologique et pratique aux diagnostics de l’état des câbles de précontrainte, dans un contexte stratégique marqué par les énormes enjeux de gestion des parcs d’ouvrages d’art.

Pont de l’île de Ré. © Alouette

Contribuer à l'innovation durable pour les « petits agriculteurs » dans les pays du Sud

Plusieurs missions d’expertise ont été conduites par le LISIS (Laboratoire Interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés) pour la Food and Agriculture Organisation (FAO) sur les systèmes alimentaires durables. Ces travaux portaient sur le réagencement des chaînes de valeur, les infrastructures et les standards, en évaluant notamment comment contribuer à l'innovation durable pour les « petits agriculteurs » dans les pays du Sud. Il s’agissait d’analyser dans quelle mesure les modalités d'accès aux marchés, la création de niches et les chaînes de valeur conduisaient à des innovations dans les systèmes alimentaires. Une méthode innovante d’ateliers chercheurs-acteurs a été mise en œuvre depuis plusieurs années en Colombie (2015), en Thaïlande (2016), au Panama et en Inde (2017) et au Sénégal (2018). Ces ateliers ont permis de développer une méthode d’analyse et d’écriture collective. Un exercice de scénarios a été conduit et un guide issu de cette démarche a été publié. Il est à présent utilisé pour accompagner des collectivités et des gouvernements locaux (Inde, Sénégal, Burundi).

Contrôle automatisé des niveaux d’émissions sonores

Une expertise a été conduite sur le campus de Nantes, visant au développement et à l’évaluation d’un nouveau système de contrôle automatisé des niveaux d’émissions sonores, en application de l’article 92 de la Loi d’orientation de la mobilité (LOM). Ce travail, réalisé par le laboratoire UMRAE du département AME en partenariat avec le Cerema (Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement), avec le soutien de la direction générale de la prévention des risques, se poursuivra jusqu’à fin 2021.

Système d’acquisition (CitySharkTM et Lennartz 5s) utilisé pour la mesure des vibrations ambiantes dans les bâtiments endommagés de Beyrouth, suite à l’explosion du 4 août 2020. © C. Cornou, IRD/ISTerre

Explosion du port de Beyrouth : campagne de mesures sur des bâtiments impactés par la catastrophe

Suite à l’explosion dramatique du 4 août 2020 dans le port de Beyrouth, le laboratoire ISTerre a contribué à une expertise au Liban pour évaluer l'intégrité structurelle des bâtiments. En lien avec les chercheurs libanais, une enquête en ligne a aussi été lancée fin août 2020 auprès des personnes ayant ressenti les explosions dans la capitale libanaise. Son objectif : mieux comprendre les comportements, les déplacements et la mobilité des personnes lors de catastrophes.

L’Institut des Sciences de la Terre (ISTerre) de Grenoble, le Cerema de Nice, l'Université Libanaise et l'Université Notre-Dame à Beyrouth ont conduit en novembre 2020 une campagne de mesures dans des bâtiments ayant été impactés par l’explosion du 4 août dans le port de Beyrouth afin d’évaluer leur intégrité structurelle à l’aide de vibrations.

L’utilisation des vibrations ambiantes pour mesurer les propriétés dynamiques des bâtiments ou des ponts et le suivi temporel de l’intégrité des structures (Structural Health Monitoring SHM) sont les deux composantes d'une méthode non destructive qui permet de fournir un état de l’endommagement global du bâtiment suite à un événement extrême comme un séisme ou une explosion.

Cette expérience du port de Beyrouth, financée par le laboratoire INSU du CNRS (Institut national des sciences de l'Univers du Centre national de la recherche scientifique) et l’IRD (Institut de recherche pour le développement), consistait à mesurer par vibrations ambiantes les propriétés dynamiques des structures (fréquences de résonance et amortissements). Grâce à l’utilisation d’un système d’acquisition léger et ayant fait ses preuves, développé par ISTerre au début des années 2000, plus de 100 bâtiments ont pu être testés en quelques jours, situés à différentes distances de l’origine de l’explosion et pour lesquels les paramètres modaux avant l’explosion étaient connus.

En effet, entre 2012 et 2014, une campagne de mesures similaires avait été réalisée à Beyrouth sur un ensemble de 328 bâtiments par ISTerre et l'Université Notre-Dame au Liban (Salameh et al., 2016), la plupart des bâtiments mesurés étant localisés à moins de 2 km du port. L’évolution des propriétés dynamiques entre les états des bâtiments avant et après explosion permet d’analyser leur variation en fonction d’un niveau de dommage, en relation avec la distance à l’explosion et le type de construction, d’évaluer les paramètres les plus sensibles à l’endommagement, d’affiner les méthodes de caractérisation et de décortiquer les contributions relatives de l'explosion et de l'onde sismique générée sur l'endommagement.

Les premiers résultats confirment l’efficacité des paramètres modaux à détecter le dommage, mais révèlent également une grande diversité de changements au sein même d’un groupe de bâtiments identiques.

Expertise hydrologique suite à la tempête Alex dans les Alpes Maritimes

L’Université Gustave Eiffel a contribué au retour d’expérience technique coordonné par la DDTM des Alpes Maritimes, suite aux crues violentes et aux dégâts d’octobre 2020 (tempête Alex) dans les vallées de la Tinée, de la Vésubie et de la Roya. Les équipes de l’université, fortes de leur expérience dans le domaine, ont été plus particulièrement chargées de l’analyse de la réponse hydrologique des têtes de bassins versants et de l’estimation des débits maximum de ces crues dans ces secteurs amonts. Ces analyses et estimations ont eu pour but de documenter l’événement, de fixer des valeurs de référence pour les aménagements et leur dimensionnement dans ces vallées très exposées et de permettre d’évaluer et d’améliorer les modèles de prévision des crues.

Pour découvrir un plus large panel d’actions d’appui aux politiques publiques de l’université :

Consultez : Appui aux politiques publiques, regards sur l’année 2020 [.pdf]

Pour toute question sur l’appui aux politiques publiques (APP) à l’université, contactez : vp-app@univ-eiffel.fr


Focus : l’Université Gustave Eiffel mobilisée pour les soignants face à la Covid-19

Panorama d'initiatives menées au sein des composantes, laboratoires et campus de l'Université Gustave Eiffel en soutien des soignants et des hôpitaux.

Focus : deux enseignantes-chercheuses font leur entrée à l'IUF

Entretien croisé avec deux femmes scientifiques de l’Université Gustave Eiffel élues en 2020 membres de l'IUF pour cinq ans.

Témoignage : Romain Menini, médaille de bronze 2020 du CNRS

Romain Menini a reçu la médaille de bronze 2020 du CNRS pour ses travaux portant sur Rabelais, la réception de l’Antiquité à la Renaissance et la philologie humaniste.

Témoignage : success story d’une collaboration entre In&motion et le LBA

Entretien croisé avec Pierre-François Tissot, cofondateur de la startup In&motion, et Pierre-Jean Arnoux, directeur du LBA.