Science participative

Face à la complexité des enjeux sociétaux actuels (changement climatique, transition énergétique, transition numérique, etc.), le monde de la recherche, questionné par la société, vise un plus grand partage des résultats scientifiques, une plus grande transparence des processus scientifiques et l’émergence de nouvelles formes de diffusion et de co-construction des savoirs avec la société. Du fait de ses missions et de ses nombreuses thématiques de recherche et d’expertise, notamment avec les thématiques de la ville de demain, l’Université Gustave Eiffel s’inscrit dans une démarche d’ouverture à la société qui se traduit notamment par la conduite de recherches et d'expertises participatives.

Démonstration de construction en terre crue, École d’architecture de la ville & des territoires Paris-Est

Projet ALLUVIUM : des solutions pour la terre crue, un matériau du passé résolument d’avenir

Dans le cadre du projet Alluvium, débuté en octobre 2018 et financé par un appel à projets de l’initiative FUTURE, un chantier participatif s’est tenu sur le parvis sud du bâtiment Copernic, sur le campus de Champs-sur-Marne. S’inscrivant dans la semaine du développement durable, étudiants et personnels étaient conviés du 22 au 25 septembre 2020 à venir découvrir et à s’essayer aux techniques de la construction en terre crue.

Rassemblant 6 partenaires, l’Université Gustave Eiffel, le LRMH, le C2RMF, l’École des Ponts ParisTech, le FCBA, l’ETH Zurich et financé par l’initiative FUTURE, le projet Alluvium prévoit de tester des formulations de terre crue additionnée de matériaux bio-sourcés comme des fibres végétales (telles que la ouate de cellulose), de l’amidon (issu de l’eau de cuisson du riz par exemple), des déchets agroalimentaires... « Avec ces additions, nous cherchons des solutions pour renforcer les propriétés mécaniques du matériau terre crue et le rendre insensible à l’humidité », explique Emmanuel Keita, chercheur au sein du laboratoire Navier. Un ajout de molécule organique de type surfactant ou tensioactif doit en complément « rendre la terre insensible à l’humidité ».

Le chantier participatif de la semaine du développement durable sur le campus de Champs-sur-Marne a permis de mettre en pratique de manière concrète différentes techniques de construction en terre crue et ainsi de tester les solutions d’amélioration du matériau proposé par Alluvium.

En savoir plus

JO Paris 2024 : mieux comprendre l'héritage d'événements sportifs

Quels sont les parcours des visiteurs lors des grands événements internationaux comparables aux JO ? Quels sont les freins et les leviers à la pratique sportive des personnes en situation de handicap ? Les laboratoires Analyse Comparée des Pouvoirs (ACP) et Laboratoire d'Urbanisme (Lab’URBA) ont présenté les résultats des travaux conduits dans le cadre de l’ORME (Observatoire pour la Recherche sur les Méga-Événements) à la Délégation interministérielle aux Jeux Olympiques et Paralympiques. À la demande du Comité d’Organisation des JOP Paris 2024, ACP a également réalisé un rapport pour construire une réflexion prospective sur les visiteurs de l’événement.

Après avoir déposé des brevets en vue des JO de Paris 2024, le laboratoire MSME (Modélisation et Simulation Multi Échelle) a quant à lui développé des applications dédiées au grand public et à des sociétés spécialisées pour la sécurité des biens et des personnes : guidage et évacuation de foules, jumeaux digitaux, Internet des objets.

« Territoire French Impact » favorise l'innovation sociale

La chaire Économie Sociale et Solidaire (ESS) accompagne sur le territoire de l'agglomération Paris-Vallée de la Marne la politique publique « ­Territoire French Impact ». Cette politique a été initiée il y a quelques années par le Haut-Commissariat à l'ESS, sous la forme d'un label décerné à 20 territoires en France. Dans l’un des trois niveaux d’intervention envisagés, des étudiants et étudiantes de l'université accompagnent des acteurs du territoire dans leurs projets d'économie sociale et solidaire. Ces projets portent sur trois défis : circuit courts alimentaires, économie circulaire, mobilité douce et partagée. De plus, la chaire anime et coordonne autour de cette politique publique le Comité territorial de l’innovation sociale.

L’intégration du TSR dans les objectifs de la loi de programmation de la recherche

Le Laboratoire Interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés (LISIS) et le Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés (LATTS) ont apporté, à travers le Labex SITES et le GIS IFRIS géré par l’université, un soutien important en 2020 au réseau ALLISS Sciences et société pour la reconnaissance et l’ouverture du système français de recherche et d’innovation au tiers-secteur de la recherche (TSR), c’est-à-dire la société et autres parties-prenantes. Le 20 janvier 2020 à l’Assemblée nationale, ces composantes ont contribué aux débats parlementaires visant l’intégration du TSR dans les objectifs de la loi de programmation de la recherche. Elles ont ensuite soutenu et participé aux Assises du tiers-secteur de la recherche organisées par l’Université de Rennes 2 fin novembre 2020. Ce soutien a consisté à remobiliser le fonds de connaissances produites depuis 10 ans par les chercheurs de l’IFRIS sur les politiques de sciences et d’innovation, la recherche participative et l’expertise à finalité politique.


Focus : l’Université Gustave Eiffel mobilisée pour les soignants face à la Covid-19

Panorama d'initiatives menées au sein des composantes, laboratoires et campus de l'Université Gustave Eiffel en soutien des soignants et des hôpitaux.

Focus : deux enseignantes-chercheuses font leur entrée à l'IUF

Entretien croisé avec deux femmes scientifiques de l’Université Gustave Eiffel élues en 2020 membres de l'IUF pour cinq ans.

Témoignage : Romain Menini, médaille de bronze 2020 du CNRS

Romain Menini a reçu la médaille de bronze 2020 du CNRS pour ses travaux portant sur Rabelais, la réception de l’Antiquité à la Renaissance et la philologie humaniste.

Témoignage : success story d’une collaboration entre In&motion et le LBA

Entretien croisé avec Pierre-François Tissot, cofondateur de la startup In&motion, et Pierre-Jean Arnoux, directeur du LBA.